acces au site fort en anglais

Accueil > Historique (saison 2009) > Le Vigeant

Championnat de France Superbike 2009

A lire aussi : le récit de Jean Louis,

Le Vigeant

Equipage Hergott / Moisé - 23 et 24 mai

medge

Un week-end sur les pistes, y'avait longtemps que j'avais pas donné mais en prime, avoir 4 jours, c'était plus que super.

Départ : jeudi à 14 heures a dit le chef. D'accord, d'accord, pousse pas mémé dans les orties et elle était prête, tout comme le gars GG qui transcrit mes âneries sur le site pour que vous puissiez les lire, à 14 heures pétantes !

Arrivée : 18 h 30 sur le circuit du Vigeant, déjà bien plein en ce qui concerne le parking puisqu'il y avait eu une réservation de ce circuit pour des essais privés.

En peine pour se garer donc, vu la longueur de l'engin et la largeur une fois déplié, nous nous posons en bout de parking en attendant et nous remarquons un autre camping car de même marque mais plus petit. Intéressés, nous allons le voir de plus prêt et le chef se met à appeler : "Laurent, Laurent". Laurent qui d'abord ? Et ben, et pour notre plus grand plaisir, Laurent GUILLET, champion de France de rallyes routiers, sa femme, Kiki et leur marmaille ... Il a tourné le mercredi avec sa 1098 (magnifique, dirais-je... Je n'en avais jamais vu).

Et ben, la place de parking est toute trouvée ! Nous squattons juste derrière lui, ce qui nous promet quelques soirées très animées.

Pour l'instant, nous ne sommes que trois et nous montons notre attirail. Une fois que nous sommes bien en sueur et sales, voilà qu'arrive notre Patrice national du Mans. Juste à temps pour la bière !

Arrivent ensuite, dans la foulée, Lolo, singe de profession et son épouse, la miss Valou et leur marmaille également. Pour ce soir, on va s'arrêter là dans les arrivées. Montage des tentes : moi, j'attend le pliage puisque ce sont des tentes rapides et que généralement, Valou ne sait pas les replier... Ouarf !!!

Ce soir, apéro et repas cool pour 8 personnes et 4 rejetons! Discussions infinies sur le genre : "t'es content de tes amortos ? Et qu'est-ce que c'est que ce truc, sur la table ? Bof, j'ai fait frotter la 1098, j'ai pas fait exprès... " et un cale-pied en moins, un! Bonne nuit tout le monde...

stand au vigeant
7h30, debout ! Ça, si c'est pas des vacances... nous sommes vendredi et les 1ers essais libres sont à 14h. Les voilà déjà en train de bricoler le side. Vérifier et revérifier, c'est aussi travailler !

Pendant ce temps là, les nénettes font le travail de force : monter le barnum. Oups ! Pas facile quand on ne connaît pas. C'est le barnum à Totof, et vu qu'il est aussi soudeur à ses temps perdus, il nous a remplacé tous les tubes par de la ferraille bien « légère » agrémentée de marques rouges pour les repérer. Au bout d'un moment, nous étions perdues mais notre chevalier blanc est arrivé et nous a fait don de son neurone : Laurent Guillet. Nous avons donc fini par réussir et installer les tables et les bancs. Plus qu'à attendre les prochains arrivants, normalement pour déjeuner avec nous. A 13h00, nous préparons une salade pour nos deux concurrents, ils n'aiment pas partir le ventre vide. Ils se préparent : faut déjà plus leur parler... combine, gants, casques, bouchons d'oreilles, bref, la totale ! Sans oublier mézig qui met le produit qui pue sur les muscles qui ont ou qui pourraient avoir bobo...

Les voilà partis. Nous espérons tous les voir revenir avec le sourire. Je ne vais pas dans les stands, je préfère les voir de là le jour de la course. Mais ils reviennent sans le sourire : pas contents du moteur, pas contents de l'amortisseur, etc, etc... encore de délicieux moments à bricoler.

Coup de téléphone : ceusse qu'on attendait pour le déjeuner s'arrêtent pour déjeuner sur la route. Bon on mangera entre nous ! Et l'après midi se passe exactement comme prévu : qui veut bricoler ? Et ça râle... Où est rangée cette pince ? J'avais dit dans ce tiroir ! Qui a vu les colsons noirs ? Et pourquoi qu'y sont dehors ?... Je vous laisse imaginer la suite.

paddock au vigeant

Pour nous les filles, bains de soleil (bon d'accord, sur les bancs). Un side arrive enfin : NHervé et Sucette. Chouette, on va pouvoir se bouger un petit peu. NHervé est l'un des mécanos du side avec Patrice. Ils sont donc au complet maintenant.

Les autres arrivent aussi : un side (Fanfan et Jean) et un solo (Nono). Nous sortons du paddock et nous les retrouvons au terrain de camping. Trop drôle : ils étaient déjà en train de déplanter ! Entre le moment où ils nous ont téléphoné et le temps qu'on arrive, ils avaient déjà planté les tentes au même endroit que l'année dernière, à l'entrée du circuit, sur les espaces verts. L'organisation du circuit leur a demandé de déménager pour aller planter à l'intérieur même du circuit soit au centre. Mortes de rire avec Valou mais on les a aidé quand même !

Ils sont arrivés juste pour le 2ème essai libre. Le temps de se poser avec nous dans le paddock, de boire une bière bien fraîche parce qu'ici, il doit faire entre 25 et 30 à l'abri du soleil. Alors monter, démonter et remonter une tente, ça donne soif !

Bientôt le deuxième départ - 18h : rebelote, comme ce matin... nous croisons les doigts pour la machine et bien sûr pour les deux casques qui montent dessus. Cette fois ci, je vais les voir de l'intérieur du circuit au pied d'un S. Pas mal comme vue. Je les vois tous défiler, un par un ou par paquet, autant de couleurs pour mettre en valeur cette piste du Vigeant. Nous essayons de décortiquer les passages du side pour savoir où il perd du temps et où il passe les virages le plus proprement possible. Retour au bercail : ça va mieux on dirait, les modifs auraient porté leurs fruits. C'est quand même mitigé mais pas trop de bricole en vue.

Soirée au top. Le frangin de Valou, Patrick, et ses amis sont arrivés eux aussi =18 personnes à table ! Tout le monde s'éclate : rires, blagues en tout genre, surtout celle de Jean Louis qui parle d'un gars qui trouve une lampe magique et ... Non, on va pas remettre ça, y'a que lui pour la raconter ! Vous lui demanderez la prochaine fois que vous le rencontrerez... Nous, on l'a entendu au moins 10 fois pendant le week-end. Après ça, gros dodo bien mérité. A demain.

pre-grille au vigeant
Samedi 23 : Essais qualifs ! ça va être chaud.
Valou n'a pas l'habitude de se trimballer avec un pass alors je l'emmène dans les stands : elle prendra des photos différentes. Les sides attendent à la queue leu leu à 12h sous le cagna : parapluie nécessaire en espérant qu'il n'amène pas la pluie. Ridicule que j'étais et je n'en ai pas vu d'autres mais mes hommes étaient un peu à l'abri. Merci NHervé d'y avoir pensé ! Ca y est : Patrick COUTANT, à qui j'ai serré la main en me disant : j'le connais, ça va me revenir ! (Normal, c'est le directeur de piste du Bugatti), donne l'autorisation d'entrer dans les stands et ils s'élancent enfin. Ils se battent contre la montre et c'est pas qu'une phrase. Il y a des fois où ça frotte, où ça pousse, et puis y'a les têtes à queue, les sorties dans les graviers et enfin les tondeuses. Des fois c'est drôle et des fois ça fait vraiment peur ! Après 25 mn de courses, ils reviennent. Complètement liquides dans leur combine toute trempée, les gants et les bottes qu'ils ont du mal à enlever sans parler du casque qui fait éponge. Ils en sont maintenant au stade de vider la bouteille d'eau sur la tête ! Lolo est livide et on verrait à travers. Jean Louis a du mal à respirer. On sort tout l'équipement dehors au soleil et les mécanos commencent à démonter... La bricole... Les gars se calment.

18 personnes à table et on remet ça... Et puis, envie d'une sieste parce qu'il fait trop chaud ; ils annoncent 30° à l'ombre et 50 sur la piste. Alors Fanfan prend son side et nous emmène au bord de la Vienne et au pied de l'aqueduc où des cinglés sautaient dans le vide ! Ronflements garantis et je ne dirais pas qui !...

Retour au paddock et à l'heure pour la deuxième séance qualif. On remet ça comme pour midi mais il est 18h. La chaleur est au top et les parapluies sont sortis cette fois-ci. Toujours la montre... 20 mn de course cette fois-ci. Et ils reviennent pire qu'à midi : ils ont vidé les bouteilles dans la combine !

Dîner plus sage que la veille : course oblige !

Dimanche 24 : warm up à 9h et pour 10 mn, obligatoire pour tout le monde sinon 75€ d'amende ! Sympa pour débuter la journée. Personne ne force mais on sent comme de l'électricité...

Brrr... Les douches sont glacées alors qu'elles étaient chaudes jusqu'à présent. Tant pis.

2 courses comme d'hab, à 12h et à 17h45. On sent les gars énervés par la chaleur lourde et trop de monde autour : ils n'arrivent pas à se concentrer correctement. Lolo part sans manger un morceau et Jean Louis mange du bout des lèvres. C'est stressant... Au moment de partir, Lolo s'enferme dans son casque à visière fumée (comme ça il est sûr qu'on lui fiche la paix) et Jean Louis se plaint de son pouce qu'il a brûlé sous son gant et en course : faut le faire !

Ca y est : c'est parti. 1er tour de chauffe et démarrage en grille de départ. C'est impressionnant : ce vrombissement assourdissant vous fait vibrer jusqu'à la moelle et je commence à "avoir des ailes" quand Lolo prend sa place sur la carène derrière Jean Louis. C'est comme si leurs énergies passaient d'un side à l'autre jusqu'au dernier. Ensuite, ils reviennent sur la grille de départ pour la seconde fois et la der, et ça recommence à vrombir. Après ça, on passe du bravo au "va plus vite" en passant par la peur, l'angoisse et la joie.

Ils sont arrivés à la troisième position, fiers de monter sur le podium mais un peu déçus d'avoir fait certaines erreurs qu'ils ne sont pas prêts d'oublier, j'en suis sûre. C'était une très belle course, il y a eu tous les ingrédients pour que les spectateurs soient contents d'être venus y compris les tarifs du circuit. Bravo au circuit du Vigeant.

classement superbike

podium du vigeant

Newsletter / Plan du site / Contact