acces au site fort en anglais

Accueil > Historique (saison 2008) > Tourist Trophy

Tourist Trophy 2008

A lire aussi : le billet de Medge,

celui de Pimpon,

et celui de Nounours

Equipage Hergott / Darras - 26 mai au 4 juin

J0
Arrivé lundi après midi, avec pas mal d’heure d’attente, enfin je suis sur l’ile. Contrôle tech OK, Nounours et Pimpon ont fait du bon boulot. Contrôle combine (encore trempée de la veille) et casque OK Le départ du premier practice est prévu pour 18h. Nous partons, Pimpon et moi, pour un tour ou deux "pour voir", pour se remémorer les virages et divers petits pièges. A la fin du premier tour, un petit signe entre nous deux pour faire ou non un deuxième tour : on est d’accord pour le deuxième mais nous n’en aurons pas l’occasion. La première séance ayant pris beaucoup de retard, les organisateurs ne nous autoriseront pas à poursuivre. Dommage, se sera pour demain. Il est grand temps d’aller se coucher : je suis debout depuis 5h du mat (j’ai des frissons). Demain sera un autre jour.

J+1
Pluie, pluie, pluie ! on se croirait au Vigeant... Une petite éclaircie en fin d’après midi et les organisateurs autorisent la deuxième séance d’essai. Pneus intermédiaires recommandés, la route est détrempée. Le but aujourd’hui n’est pas de faire un temps, trop dangereux, mais plutôt de reconnaître la route encore un peu plus. Le side glisse dans tous les virages, nous continuerons quand même pour un deuxième tour. Nous sommes prêt pour faire un temps de qualif demain...

J+2
Zut, zut et m... il pleut cats and dogs (comme vache qui pisse en Anglais dans le texte). Pas de séance... pas de chronos... pas de qualif... Re m..de.

J+3
Le soleil vient de se lever au petit déjeuner, il est 6h du mat, je prends un Kawa et la Kawa pour un tour de reco. Tout va bien. Dernier tour du side avant les vérifs techniques. Nous sommes, Pimpon et moi, pour une nouvelle séance en espérant la qualif. Nous sommes bien dans le rythme, les trages sont bonnes, un peu d’hésitation dans certaines courbes aveugles mais, dans l’ensemble, ça roule...mais pas pour longtemps. Dans un droit, Pimpon me tape plusieurs fois dans le dos, signe entre nous d’un arrêt d’urgence. Au même moment, le moteur prend des tours mais le side perd sa vitesse. Verdict sans appel : la chaîne vient de casser, laissant avec elle une qualif possible. Il ne nous reste plus qu’à réparer en n’espérant pas trop de dommages. Demain il y aura un peu plus de pression : dernière journée pour nous pour espérer une qualif.

Tourist trophy

J+4
Chaîne réparée, pneus neufs, bonhommes gonflés mais sereins. On conduit propre : faut pas faire d’erreur et théoriquement le résultat devrait être là... théoriquement... pratiquement chose faite : les deux tours sont réalisés en moins de 24’, la qualif est au bout. Nous sommes soulagés.


J+5 samedi RACE A
Toujours le contrôle tech aussi scrupuleux, avant chaque départ. Pomme-pomme girls, télé, radio, les drapeaux sont de sortie en attendant le départ.
Moulineux, le multiple vainqueur de l’épreuve, s’élance en premier... pour 200 mètres... moteur HS : ça commence. Un par un, les équipages partent (12 n’auront pas pu se qualifier). Notre tour arrive, une poignée de main entre Pimpon et moi, ligne de départ, concentration, je fais prendre des tours au moteur, GO !!!
Tourist trophy

Le pneu patine nous partons à toc, tout s’enchaîne très vite mais propre. Le moteur se comporte bien. Le châssis saute un peu mais globalement tout va bien. Nous rattrapons des concurrents. Le premier tour est bouclé : pas de fatigue, nous poursuivons notre effort. Sulby bridge puis la partie défoncée du circuit, j’en prends plein les bras. Ramsey : un concurrent me passe, je le redouble quelques centaines de mètres plus tard dans Hair pine, accélération, droite, gauche, le double droit : Waterworks arrive ! Premier virage tranquille, je ralenti pour le deuxième et là... ??? catapulté dans les bottes de pailles !!!

Tout va très vite, mais tu vois tout... l’aile du side touche en premier une botte de paille, ce qui déséquilibre le châssis. Le nez du side se plante dans une autre botte et nous décollons en ’soleil’. Je me retrouve face sur le sol et imagine le side en train de me retomber dessus : vite dissipé, il est plus loin, mais où est Pimpon ??... je le vois de l’autre coté de la route, debout : je suis soulagé. Je me relève et vais le voir. Il se plaint immédiatement de la cheville et n’étant pas une chochote, il doit y avoir du bobo.

Le marchall Doctor avec sa moto est là en moins d’une minute ; on allonge Pimpon sur une civière, on traverse la piste, bien encadrés de drapeaux jaunes. Il faut que Pimpon aille se faire ausculter rapidement. Un hélico arrive aussi très vite en moins de 5 minutes et se pose dans un mouchoir de petite poche. Je ne le reverrais que le soir à l’hôpital. La course se termine et un commissaire me ramène en S4 à Grandstand : pas plus de 100/120 en montagne (et c’est pas des km/h !!!).
Tout ce passait bien, et tout a basculé en moins d’une seconde... Je suis très attristé de n’avoir pas pu terminer ce qui est, et restera la plus belle épreuve que je connaisse.
De retour, je vais voir Christophe à Nobles hospital. Double entorse de la cheville droite, un p’tit coup au moral mais les infirmières sont là pour tout remonter !!! De retour au paddock, le side a déjà été inspecté par nounours, carène HS, une petite fuite sur le réservoir. Nous nous en tirons à bon compte.


Tourist trophy, le crash
Tourist trophy, le crash
J+6
Je n’ai pas beaucoup dormi : mon genoux me fait mal. Je m’en vais à l’hôpital pour une radio ; rien. Juste les ligaments croisés froissés ou l’inverse !!! Pimpon reste en observation pour un scanner demain ; peut-être une fracture sur le ’calcanéum’. Coté matériel, Mike Richard fait son diag... et son devis !!!

Newsletter / Plan du site / Contact